Comité cantonal

Le comité cantonal est élu par les sections au travers de l’Assemblée des Délégués de l’association, composée des représentants des sections.

Son rôle est d’établir la ligne stratégique du futur pour les samaritains vaudois et de soutenir les comités des sections.

Véronique Stoller

Présidente cantonale

Née en 1972, je suis arrivée chez les samaritains en 1990 après avoir suivi mon cours pour le permis de conduire. Entrée au comité cantonal en tant que secrétaire pv, j'en ai pris la présidence de 2001 à 2005. J'ai également assumé les fonctions d'instructeur administratif, de responsable des DMS dans ma section Lausanne-Mixte durant 2 ans et de monitrice.

En 2007, j'ai tout arrêté car j'étais peu présente, m'occupant de ma fille Joy qui avait 2 ans.

Fin 2016, je fais mon retour au sein de ma section de coeur Lausanne-Mixte en suivant à nouveau un cours sauveteurs. 2018, le comité cantonal est décimé et n'a plus aucun membre ; j'accepte d'en reprendre la présidence. Dans le même temps, je fais mon IAS 2 et redémarre une formation de monitrice.

Il y a une citation de Mark Twain que j'aime beaucoup pour caractériser ma façon d'avancer : ``Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.”
Je suis positive de nature et j'ai beaucoup de peine à croire que quelque chose est impossible. Alors... on essaie ?

Aujourd'hui, après avoir visité durant 30 ans tout le canton et même la France voisine, nous avons pris nos quartiers à Yverdon-les-Bains avec ma fille.

Professionnellement, de formation d'employée de commerce, j'ai occupé de nombreuses années des postes à responsabilité au sein d'une banque en ligne travaillant sur les marchés boursiers. En 2019, je décide de changer de carrière et je démissionne. Je mets alors à profit mon ``temps libre`` durant mes recherches d'emploi pour les samaritains vaudois. Ce sont des centaines d'heures qui ont permis d'avancer des projets plus rapidement.

2020, me voici Officier d'état civil. Être au service de la population est une chose qui me va bien et qui me rend plus sereine dans le cadre de mon travail.

Ma devise : J'en ai beaucoup mais j'aime la phrase de Martin Luther King : “Croyez en vos rêves et ils se réaliseront peut-être. Croyez en vous et ils se réaliseront sûrement.”

David Zgraggen

Vice-Président cantonal, responsable GAS

Maude Brunner

Membre du comité cantonal

Pascale Fragnière

Membre du comité cantonal

Gessica Macaluso

Membre du comité cantonal

Née en 1986 à Yverdon et arrivée 2 ans plus tard à Sainte-Croix, j’ai effectué toute ma scolarité sur le Balcon du Jura.

En 2000, la Direction des écoles de Sainte-Croix a proposé aux élèves de fin de 8ème année, un Cours sauveteur chez les Samaritains. Cours que j’ai effectué avec motivation.

En 2006, suite à une première formation d’employée de commerce à l’administration communale de Sainte-Croix, j’ai désiré me reconvertir dans le milieu social et avec des enfants. C’est ainsi que j’ai débuté mes stages préalables en vue de ma future formation d’éducatrice tout en gardant un petit pourcentage comme employée de commerce et ensuite en tant que vendeuse.

En 2009, j’ai débuté ma formation d’éducatrice que j’ai terminé en 2011. Malheureusement, la loi sur les formations de l’enfance a changé entre temps. De ce fait, ma formation était reconnue uniquement au niveau secondaire 2 et aucune validation des acquis n’était prévue pour que nous puissions atteindre le niveau tertiaire comme demandé prévu initialement.

« La vie n’est pas optimiste, elle est pleine d’embuches et de trahisons qu’il faut déjouer au jour le jour », auteur inconnu.

Ainsi dès 2012, avec certaines collègues concernées par cette situation, nous nous sommes battues afin que l’état de Vaud crée une passerelle en vue d’une validation de notre diplôme.
C’est après 4 ans de séances, débats, litiges, réconciliations et entretiens que l’état de Vaud en collaboration avec l’ESEDE nous ont autorisé une année de passerelle. 2017 a été consacré à cela.

En parallèle, c’est en 2013 et suite au cours UPE Urgence petits enfants, que j’ai décidé de m’investir dans ma section de samaritains d’abord en tant que membre active secouriste, puis dès 2018, comme responsable matériel au sein du comité de ma section.

C’est en juin 2018, suite aux désistements à effet immédiat des anciens membres du comité cantonal, que l’envie m’est venue de relever le défi pour « Sauver les Samaritains vaudois ». Ainsi, j’ai pris contact avec Véronique Stoller, lors de sa nomination, pour savoir comment procéder.
Dès lors, le Challenge fut lancé.

Eh oui… « Les défis sont ce qui rend la vie intéressante et les surmonter est ce qui lui donne du sens. » Joshua Marine.

Yves Meyland

Membre du comité cantonal

Après 26 ans de service au sein des sapeurs-pompiers vaudois, la retraite arrivant, j’ai cherché un moyen de continuer à apporter de l’aide aux personnes.
Quoi de mieux que les samaritains pour ceci.

Entré dans 2 sections pour diverses raisons, je me suis rapidement lancé dans le miniaturist grâce à la section de La Serine.
Maintenant, je n’officie que dans la section de St-Prex en tant que seul moniteur et en tant que président.

J’ai aussi décidé de rentrer dans le comité cantonal au moment des grands changements car je pensais que mon expérience professionnelle pouvait apporter quelque chose.

Ma devise : « Ne pleure pas parce que c’est fini, souris parce que ça c’est passé ».